Err

Votre panier : 0,00 EUR

Rigide, gonflable, pliant...Quel type de canoë choisir ?

Vous souhaitez acquérir un canoë, mais vous avez peut-être des contraintes de place ou de transport, voici quelques conseils :

1/ Si vous n'avez pas de problème de stockage ni de transport, un canoë rigide vous apportera les meilleures sensations ; sa coque a été dessinée pour l'usage que vous souhaitez en faire et répondra parfaitement à votre attente ; un canoë rigide a peut-être des contraintes hors de l'eau (stockage et transport), mais sur l'eau, c'est la meilleure solution.

2/ Si vous n'avez pas d'endroit où stocker votre canoë, ou pas le moyen de transport adapté, deux solutions s'offrent à vous :
- Un canoë gonflable : léger, solide (au moins ceux que nous proposons...), rapide à mettre en oeuvre, il conviendra pour des descentes de rivière où le courant est permanent ; sur un lac ou une rivière très calme, il peut être handicapé par son manque de glisse.
- Un canoë pliant : aussi léger et solide (même remarque que précédemment) qu'un canoë gonflable, il nécessite un peu plus de temps pour être opérationnel (une vingtaine de minutes) ; par contre son fond plus rigide, et sa plus grande longueur lui confèrent une meilleure glisse et plus de capacité de chargement en matériel ou en nombre de passagers ; les modèles que nous vous proposons ont des côtés gonflables, même remplis d'eau, ils flottent !

Comment choisir son canoë ?

- Le canoë idéal, comme la voiture idéale, n'existe pas. La facilité de parking d'une Smart avec la capacité d'un monospace, la tenue de route d'une grande routière et l'aptitude en tout-terrain d'un Land-Rover ne se retrouvent dans aucune voiture. Il en va de même pour les canoës ; essayez donc de bien cerner l'usage principal que vous en ferez, c'est lui qui doit orienter votre choix.

- Un canoë, s'il n'est pas malmené, peut durer 15 à 20 ans sans problème ; en achetant un canoë de qualité, vous êtes sûr d'avoir un produit parfaitement adapté à votre attente, et de pouvoir le revendre à bon prix le jour où vous le souhaiterez (il faut être riche pour acheter bon marché…).

- Choix de la longueur :
A charge et largeur égale, un canoë plus long s'enfonce moins dans l'eau, il a un profil frontal plus effilé ; il glissera donc mieux sur l'eau et sera plus rapide ; sur le toit d'une voiture, 30 cm de plus ont peu d'importance, par contre cela se ressent beaucoup sur l'eau.
La plupart du temps, la longueur des canoës est donnée en pieds (30 cm)  ; pour des canoës de tourisme ou d'aventure, voici une base de réflexion :
14' (4.20 m) : canoë solo.
15' (4.50 m) : canoë solo ou duo (pagayeurs légers).
16' (4.80 m) : canoë solo ou duo ; un troisième passager, ou du matériel  peut être envisagé ; en solo, un 16' devient un bateau très rapide et très agréable ; on le pagaye à l'envers en s’assayant sur le siège avant.
17' (5.10 m) : canoë duo rapide, on peut emmener un troisième pagayeur ou deux enfants, ou du matériel pour une expédition.
20' (6.00 m) : LE canoë d'expédition par excellence pour une famille et du matériel.


- Choix de la largeur :
Pour les canoës de tourisme ou d'aventure, la largeur oscille toujours entre 89 et 91 cm ; les canoës pliants peuvent être un peu plus larges, en raison de leurs flancs gonflés d'air. Donc pas trop de questions à se poser sur la largeur.

- Capacité de chargement :
Tous les canoës, quelle qu'en soit la marque, s'ils ont la même longueur et la même largeur, ont la même capacité de chargement (= Poids du canoë + pagayeurs équipés + matériel embarqué) ; merci Mr Archimède ! Certains constructeurs donnent des chiffres fantaisistes en mesurant la capacité de chargement avec l'eau arrivant à 10 cm des plats-bords ; un geste brusque ou une vague, et c'est le bain assuré ; plus un canoë est chargé, plus il est lent et difficilement manœuvrable. En conclusion, reportez-vous au paragraphe "longueur du canoë" et tenez bien compte, tant dans un sens que dans l'autre, du poids des pagayeurs équipés (deux pagayeurs légers pèsent à peine plus qu'un pagayeur très lourd...).

1 - Lexique du canoë :

- Joug : Pièce de bois, située au centre du canoë, qui le rigidifie et qui permet de le porter, à l'envers, sur les épaules ; la tête est dans le canoë et le cou dans l'échancrure centrale.
- Barreau de 3/4 : barreau de bois, installé en général sur les canoës d'une longueur de 16' et plus, qui permet de le rigidifier ; en solo, on peut appuyer ses fesses dessus en pagayant à genoux ; dans ce cas, on peut en changer l'inclinaison et il devient un barreau de 3/4 d'appui.
- Pontet : Pièce de bois ou de plastique qui unit les plats-bords à la proue et à la poupe du canoë.
- Plat-bord : bord supérieur des flancs du canoë (aussi appelé longeron). Des plats-bords en bois sont plus esthétiques et donnent une rigidité supérieure au canoë ; par contre ils sont plus chers et nécessitent un peu d'entretien (stockage à l'abri souhaité).
- Stabilité primaire : le bateau est stable à l'arrêt ou pagayé à plat (fond plat ou légèrement arqué).

- Stabilité secondaire : le bateau est stable quand il est penché sur le côté. Meilleure stabilité en mouvement (fond plus arrondi) ; le canoë est moins sensible aux courants et contre-courants.
 Un pagayeur débutant privilégiera au démarrage la stabilité primaire, puis préférera assez vite un canoë un peu plus rond en prenant de l'expérience ; les "stops" et les reprises de courant en seront grandement facilitées.

- Giron : Courbure du canoë dans le sens de la longueur.

    - Faible giron : le canoë a tendance à aller droit et à avoir une bonne vitesse.
    - Un giron modéré : donne un compromis entre vitesse et manœuvrabilité ; intéressant pour un usage mixte lac et rivière.
    - Un giron important : idéal dans les rivières manœuvrières et l'eau vive.
- Bouchain : partie latérale de la coque du canoë ; quand la coque présente un double bouchain, elle monte verticalement sur plusieurs plans successifs, donnant une excellente stabilité secondaire.